texto da minha mãe

Não resisto a partilhar um texto da minha mãe que resultou das suas trocas de e-mails com as suas copines em debates cibernéticos. Está em franciu. Concordo com tudo. E a minha mãe lava os pratos antes de os meter na máquina.

A propos de la  question laïcité et religion et en  lisant critiques et commentaires sur le dernier roman de M. Houellebecq, “Soumission”, et aussi encore sur les attentats de Paris,    quelques  réflexions me sont venues. Tout le monde sait que  Houellebecq  avec son pessimisme et son humour habituels, imagine dans ce roman une France convertie, soumise à la religion musulmane (d’où on l’accuse d’islamophobie et pourtant c’est un Islam light qui prend le pouvoir et de manière  tout à fait démocratique, sans violence aucune !)   pour pallier à la perte de sens et de valeurs de l’ultralibéralisme  et de l’athéisme. Au cours d’un interview publié dans  l’édition 2618 du 8 janvier du Nouvel Obs (parue donc avant les attentats de Paris) , l’écrivain  affirme (en reprenant à son compte un message d’Auguste Comte)  l’impossibilité pour une société de subsister sans une religion quelconque. Et je cite quelques unes de ses affirmations dans  l’interview: “Un courant d’idées né avec le protestantisme, qui a connu son apogée au siècle des Lumières, et produit la Révolution, est en train de mourir. Tout cela n’aura été qu’une parenthèse dans l’histoire humaine.  Aujourd’hui l‘athéisme est mort, la laïcité est morte, la République est morte”. Pour Houellebecq, apparemment,  la soumission des hommes à l’Islam (et celle des femmes à l’homme!) apparaît comme la solution et la salvation d’un monde déliquescent et en plein désarroi spirituel et déjà asservi à l’ordre ultra-libéral. L’islam comme remède à la décadence  de l’Occident!   Bigre!  Heureusement qu’on connaît l’écrivain, son humour et  ses provocations!
A lire aussi l’analyse du roman que fait  dans le même numéro, le psychanaliste Fethi Benslama qui  voit dans “Soumission” la description d’une France déprimée et désidéalisée qui trouve  dans  un Islam (modéré et avenant, d’où l’ambiguïté du livre) son salut – en fait sa destruction-   comme les jeunes musulmans en perdition  trouvent le leur  dans la cause suprême du  djihad et du suicide. “En un sens Houellebecq se révèle une sorte de “morne” djihadiste, son roman joue avec l’islamisme comme remède à la maladie de l’Occident décadent.” 
 Et à la fin de l’article, F.Benslama se demande si, face à cette  vision pessimiste d’une France soumise à l’Islam  (vision prophétisée par bien des Cassandres islamophobes actuels), il reste place pour d’autres discours..
Dans un article du Monde (14 janvier), une certaine Rama Yade (ancienne secrétaire d’état aux affaires étrangères et aux droits de l’homme et déléguée du think tank Allons Enfants et politiquement proche de l’UMP )   en appelle à un messianisme républicain pour contrer les  deux messianismes mortifères actuels : le messianisme islamiste et le messianisme nationaliste du FN  :”Les 4 millions de Français qui ont marché samedi et dimanche ont prouvé que la mystique républicaine n’est pas morte. La République doit renouer avec cette vocation spirituelle et  redevenir un messianisme , avec ce qu’il a de transgressif, de collectif, de discipliné, d’exigeant et de moral.. Il faut donc commencer par cesser de renoncer à la laïcité (comme par exemple lors de l’affaire du voile de Creil en 1989) .

La République et la laïcité comme messianismes pour sauver l’Occident de sa désespérance et de sa déréliction? Pour la mettre à l’abri du fantasme de  la “Soumission ” à l’Islam ou de celui, bien plus réel,  du nationalisme d’extrême droite? Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas  créer un Temple de la Laïcité?  Bigre!
Bon, cette  Rama Yade est ou a été membre du parti Radical et de l’UMP.

En tout cas, je compte bien lire “Soumission”! Houellebecq écrit si bien !
Et puis, je ne pense  pas qu’on puisse le taxer d’islamophobie – bien qu’il ait dit il y a plusieurs années que la religion la plus stupide c’est l’Islam, qu’il s’agit d’une religion dangereuse qui est  heureusement condamnée et que le matérialisme est un moindre mal;  ses valeurs sont  méprisables mais quand même moins destructives, moins cruelles que celles de l’Islam.
De toute façon, dans son roman, les Français se convertissent à l’islam par pur opportunisme, pour l’argent et le sexe,  pas par conviction. Plutôt que d’accuser l’islam, Houellebecq met  le doigt sur la responsabilité des élites (son personnage principal est professeur à la Sorbonne) et je cite la conclusion d’une autre analyse faite par Gilles Keppel, prof à Sciences-Po,  dans le même nº du N.Obs : ”  derrière la parabole du succès électoral  d’un islamisme salvateur, c’est l’effondrement de l’université , voulu par nos élites politiques et économiques que pointe Houellebecq, et son incapacité à exercer le magistère qui devrait être le sien dans nos sociétés en désarroi . Professeurs, encore un effort pour être républicains.”
Et certains n’hésitent pas à faire un rapprochement entre cette  démission des élites face à l’islam mise en scène par Houellebecq  avec celle des élites européennes face à la montée du nazisme en Europe. La même lâcheté, le même opportunisme.
A méditer en lisant “Soumission!
 
Anúncios

One thought on “texto da minha mãe

Deixe uma Resposta

Preencha os seus detalhes abaixo ou clique num ícone para iniciar sessão:

Logótipo da WordPress.com

Está a comentar usando a sua conta WordPress.com Terminar Sessão / Alterar )

Imagem do Twitter

Está a comentar usando a sua conta Twitter Terminar Sessão / Alterar )

Facebook photo

Está a comentar usando a sua conta Facebook Terminar Sessão / Alterar )

Google+ photo

Está a comentar usando a sua conta Google+ Terminar Sessão / Alterar )

Connecting to %s